Accueil Qui sommes-nous Les partenaires
Les partenaires

Dès l’émergence de l’idée, Irène Tassembédo a mobilisé autour d’elle des énergies qui l’ont accompagné dans la réalisation du projet. Celles-ci ont été d’abord individuelles et personnelles (Joseph Farah, Seydou Tiendrébéogo…) pour concerner ensuite des partenariats privés tels que la CGE, Coris Bank International, et des institutions comme l’Assemblée nationale du Burkina, la Coopération française au Burkina Faso.

L’EDIT s’attache à tisser une véritable toile de partenariats, pour mettre en place un réseau dynamique au plan local et international, aussi bien avec des structures sœurs qu’avec des institutions de financement des projets culturels.

Le Centre de Développement Chorégraphique (CDC-La Termitière). Les relations entre le CDC, lieu dédié aux résidences de création, et l’EDIT s’inscrivent dans une dynamique de complémentarité en termes d’échanges de programmes, de ressources humaines, mais aussi de matériels techniques et de locaux.

Les CCF de Ouagadougou et Bobo Dioulasso. Acteurs culturels de premier plan, les CCF s’inscrivent dans un partenariat actif, pour développer en particulier un programme d’échange avec les autres centres du réseau.

L’Etat du Burkina. A travers ses différents départements ministériels, dont le Ministère de la culture (MCTC), le Ministère de l’Education de Base (MEBA), le Ministère de l’Enseignement Supérieur et Technique (MESSRS), celui de la Jeunesse et de l’Emploi (MJE) et du Sport et des Loisirs (MSL), l’Etat burkinabè sera un partenaire essentiel de l’EDIT. Il s’agit notamment d’établir de véritables conventions pour la mise en place d’une politique de formation artistique formelle.

La Ville de Ouagadougou et ses partenaires. Grâce à son engagement dans le domaine culturel, mais aussi social (réduction de la pauvreté et amélioration de l’hygiène de vie des populations environnantes), L’EDIT doit faire valoir cet engagement citoyen au sein d’un partenariat formel avec la Mairie de Ouagadougou ainsi que dans les programmes de coopération décentralisée dans lesquels la ville de Ouagadougou est engagée.

Les Ambassades et représentations diplomatiques au Burkina. L’EDIT souhaite développer le plus largement son partenariat avec les représentations diplomatiques au Burkina, notamment pour la mise à disposition d’une expertise au niveau de l’enseignement de la danse (invitation de chorégraphes en résidence ou en stages internationaux) ainsi que la mise à disposition de bourses pour financer la formation de jeunes provenant de la région Afrique ou d’ailleurs. Il s’agira aussi de développer par leur intermédiaire des collaborations avec les agences de développement culturel des pays concernés.

Les espaces culturels privés du Burkina. Des projets de collaboration sont en développement avec l’ensemble du tissu culturel professionnel du Burkina à savoir les théâtres privés, les festivals de musiques, de théâtre et de danses, ainsi que les projets de création ou de diffusion artistiques dans le domaine des arts vivants.

Les partenariats artistiques privilégiés en Afrique

L’EDIT souhaite favoriser la mise en place de passerelles de collaboration entre les structures de formation artistique qui existent déjà en Afrique et qui sont dédiées aux arts vivants (principalement à la danse).

Dans l’environnement actuel, leur mise en réseau permettrait de développer des projets communs et de mobiliser des ressources permettant la mobilité des artistes et les échanges d’enseignants et d'étudiants.